Ateliers de programmation

** Prochaine projection à AMBILLOU
vendredi 1er décembre ! **

Capture d_écran 2017-11-13 à 16.24.47

Entrée du personnel de Manuela Frésil (2011, 59′)

L’abattoir est loin de tout, tout au bout de la zone industrielle. Au début, on pense qu’on ne va pas rester. Mais on change seulement de poste, de service. On veut une vie normale. Une maison a été achetée, des enfants sont nés. On s’obstine, on s’arc-boute. On a mal le jour, on a mal la nuit, on a mal tout le temps. On tient quand même, jusqu’au jour où l’on ne tient plus. Derrière les bêtes dépecées et les machines qui blessent, des êtres résistent et se racontent avec clairvoyance et une grande profondeur.

***

Vivre en ce jardin de Serge Steyer (2004, 52′)

Yves et Annick ont bâti un monde en cohérence avec leurs idées : l’idée qu’on ne peut pas vivre dans la soumission à l’argent, qu’en vivant avec moins on peut vivre mieux, que respecter la nature c’est se respecter soi-même, l’idée enfin qu’il est toujours possible d’inventer sa vie. En 1970, à Saint-Nazaire, ils ont perdu tout espoir de vivre dignement dans l’environnement prolétarien qui est le leur. Un choix radical s’impose alors : un jardin, en bordure du marais de Brière. Un jardin comme lieu de vie et de rencontre, un jardin comme création.


PROJECTIONS PASSÉES

** Samedi 24 juin **

La cigale, le corbeau et les poulets
d’Olivier Azam

AMBIDOC 24.06.17 A5 recto verso

Une « fable édifiante [qui] laisse présager de beaux jours au documentaire marxiste tendance Groucho. » Les Inrocks


** Vendredi 17 mars **

Les glaneurs et la glaneuse d’Agnès Varda
précédé d’un court métrage d’Alain Cavalier

ambidoc-17-03-17-a5-recto

« Un peu partout en France, Agnès a rencontré des glaneurs et glaneuses, récupéreurs, ramasseurs et trouvailleurs. Par nécessite, hasard ou choix, ils sont en contact avec les restes des autres. Leur univers est surprenant. On est loin des glaneuses d’autrefois qui ramassaient les épis de blé après la moisson. Patates, pommes et autres nourritures jetées, objets sans maître et pendule sans aiguilles, c’est la glanure de notre temps. Mais Agnès est aussi la glaneuse du titre et son documentaire est subjectif. »

Écoutez Agnès Varda « vider son sac » ici !


Depuis 2015, des ateliers de programmation sont organisés à Ambillou (37), un petit village d’Indre-et-Loire. Chaque mois, un groupe d’une dizaine de personnes accompagné par Clémence Ancelin, cinéaste et habitante d’Ambillou, se réunit, visionne des films documentaires et en discute.

Tous les trimestres, les participants d’AMBIDOC choisissent le ou les films qu’ils souhaitent montrer publiquement. Ils organisent trois projections dans l’année (décembre, mars et juin) à Ambillou, pendant lesquelles ils présentent et débattent des films à la fin de la séance, parfois en présence du réalisateur ou de la réalisatrice.

L’accueil chaleureux et dynamique qui nous a été fait jusque là nous a donné envie de pérenniser cette action car il est essentiel pour nous de donner la possibilité aux participants de ne pas être de simples « consommateurs » d’images, mais de les inviter à questionner le fond et la forme d’un film, à exprimer et défendre un point de vue afin de pouvoir, avec l’accompagnement d’une intervenante professionnelle, mettre sur pied une programmation qualitative.

L’atelier AMBIDOC a lieu chaque premier jeudi du mois à 19h à la salle Rejaudry (au dessus de la bibliothèque d’Ambillou). L’atelier est ouvert à tous et toutes et vous y êtes les bienvenus !

Une expérience collective à dimension résolument citoyenne …!